Septembre 2016

LES BOUGIES AURICULAIRE C'est quoi exactement ?


Les bougies auriculaires : Il y a ceux qui connaissent, ceux qui ne connaissent pas, ceux qui en parlent sans connaître, trop nombreux, ceux qui en parlent parce qu’ils connaissent, parfois bien.  Comme souvent dans ces cas-là, tous n’en disent pas les mêmes choses.  Pour bien évaluer les bienfaits que ces bougies peuvent apporter, proposons à chacun de s’imprégner de l’idée… de calme. Calme nécessaire à l’utilisation de ces bougies, calme qui en résulte.

Ces bougies sont de petits tubes ou cônes de feuille de cire d’abeille et de tissu, d’une taille de vingt centimètres environ. On les applique dans les oreilles après qu’elles aient été allumées, jusqu’à combustion presque complète, obtenue en une quinzaine de minutes. Les bienfaits qu’elles apportent sont divers et réels, nous allons les décrire. Non sans avoir auparavant dissipé quelques malentendus qui brouillent bien inutilement les pistes.

A ces bougies, on associe fréquemment le nom d’une tribu d’Indiens du sud-ouest des Etats-Unis, aujourd’hui exclusivement installée en Arizona, les Hopis. Un peuple d’agriculteurs, d’éleveurs et de tisserands connu pour sa sagesse, son sens du sacré.

 Aurait-il inventé la bougie auriculaire ? Pas le moins du monde. La référence à cette tribu s’est faite par analogie avec l’origine de son nom, «Hopi», qui signifie «peuple paisible». On se gardera donc de prendre cette mention à la lettre, mais on en conservera la belle symbolique.

 

Pour évaluer les effets de cette bougie, un autre malentendu s’est mis en place autour de l’idée de preuve. « Crois ce que tu vois » est un argument à manier avec délicatesse en la circonstance. Car pour valider un supposé nettoyage des oreilles par « aspiration » du cérumen, bon nombre d’utilisateurs ont pris l’habitude d’essayer de convaincre en montrant l’amas de poudre de cire accumulé en bas du cône suite au fameux effet « cheminée » de la bougie auriculaire. Mais là encore, erreur. D’effet cheminée, il n’y a pas. C’est même le contraire qui se produit, puisque la bougie a plutôt tendance à insuffler sa chaleur et à diffuser sa fumée. Cet amas n’est en fait constitué que des résidus de la propre cire de la bougie, et non pas du cérumen. Ceux qui se sont essayés à la combustion d’une bougie hors de l’oreille l’ont déjà remarqué.

Les bougies auriculaires s’en trouvent-elles discréditées ? Pas le moins du monde. Essayons de préciser ce qu’elles apportent réellement.

Soit, en premier lieu, une bonne gestion du cérumen. L’action d’une bougie est émolliente pour l’oreille, asséchante pour le cérumen. En une ou plusieurs séances, la plupart des bouchons se décollent, et les excès de cérumen se compactent avant de s’évacuer tranquillement après quelques jours, souvent sans qu’on y prête attention. Beaucoup s’accordent à dire que l’usage des bougies auriculaires permet à terme de réguler la production de cérumen.

L’irrigation de l’oreille est stimulée. Les utilisateurs se trouvent fréquemment apaisés dans de nombreux cas d’inconfort de toute la sphère ORL, certains étant également soulagés en cas de maux de tête. Plus généralement, ces bougies apaisent, détendent, libèrent les tensions, préparent à une bonne nuit.

Chacun essaye de comprendre, d’expliquer ou simplement de décrire ce qui se passe à l’aide de son propre système de référence. Stimulation sanguine, mais aussi lymphatique, stimulation des points d’acupuncture, d’acupressure, harmonisation des canaux énergétiques… Apport d’une chaleur douce, en un contexte humide… Yin-yang, vide-excès, intérieur-extérieur…

Plus concrètement, pour ceux et celles qui ont bénéficié des bienfaits de la moxibustion (moxa) utilisée en Médecine Traditionnelle Chinoise, la bougie d’oreille vient réchauffer cette zone de l’oreille où l’on retrouve les 5 méridiens.

Pour les autres, je vous invite à tester par vous mêmes et vous faire votre propre opinion en toute sérénité :

Si l’on comprend, comme l’on fait les chinois depuis plus de 4 000 ans (et bien d’autres peuples dit primitifs) :

  • Que notre corps n’est animé que par la circulation d’une énergie essentielle (« qi » en chinois – et quelque soit le nom qu’on lui donne) :  
  • Que cette dernière produit la chaleur qui nous rend vivant et maintient notre organisme à 37° (en dessous ou en dessus notre santé est en jeu ; sans elle, nous sommes froid et mort !).
  • Que ces trajets sont clairement identifiés (méridiens).

On envisage facilement l’action globale et douce que peuvent avoir les bougies ainsi que les bénéfices que l’on peut en tirer.

 

Pour terminer, on peut aussi en revenir au fameux « effet cheminée ». Pas pour évoquer l’improbable aspiration vantée abusivement, mais la vraie cheminée, celle des veillées, avec ce qu’elle apporte : un agréable crépitement, une douce chaleur sèche qui circule, une ambiance saine, la lumière, ainsi que deux notions qui ne sont définitivement pas contraires : énergie et calme.

 Composition indispensable de la bougie  :

cire d’abeille bio, avec ou sans huile essentielle bio, tissu généralement en coton bio et filtre de récupération en chanvre. 

 

Source : article publié en janvier 2013 sur le site de Sartoriz, modifié par V. Chapolard Naturopathe. Sept 2016.

 Inspiré des travaux de Lili Hamilton que vous pouvez écouter sur le lien suivant

https://youtube.com/watch?V=QS7HU6ERehE  (petite vidéo d'une 10zaine  de mn)

 

 

 

Invitation à une série de conférences gratuites 2015 

LA NATUROPATHIE

Au détour de ses bases et de sa diversité , en quoi peut-elle vous être une aide précieuse ?

 

Salle des MARIAGES à la mairie de LOYETTES

Si vous êtes intéressé,  en signalant  votre présence sur : contact@vchapolard-naturopathe.com

vous me permettrez de vous accueillir dans les meilleures conditions.

 

après en avoir rappelé rapidement les fondements,

nous aborderons quelques principes générauxà adopter

pour passer un bel automne et se préparer à passer un bon hiver ! 

avec tirage au sort d'une séance offerte pour l’un de ceux qui aura volontairement déposé ses coordonnées en entrant.


A l’origine de cette conférence, la volonté d’informer, de faire connaitre notre profession souvent dénaturée et méconnue.

La naturopathie est actuellement diffusée par bribes par tous les médias, à travers des conseils de phytothérapie (plantes), d'aromathérapie (huiles essentielles), des conseils d'hygiène alimentaire ou de vie…

…  Curieusement cela aboutit à de la « contre naturopathie » puisque la naturopathie repose sur un bilan individualisé et correspond à  l'envie, le besoin de trouver son propre fil rouge pour redonner une cohérence à sa vie dans une démarche individuelle….

Si certaines grandes lignes qui relèvent du bon sens sont applicables par chacun, les conseils, recettes, préparations maison nécessitent au préalable une bonne connaissance du sujet, de soi même et/ou un questionnement auprès de personnes compétentes.

 

La naturopathie permet à chacun, en fonction de sa propre vie :

  • de prendre soin de soi, 

  • d'éviter que des dysfonctionnements passagers deviennent chroniques, handicapants.

  • de laisser la médecine disponible pour les accidents, les chirurgies, pour les cas de pronostics vitaux engagés…

Il est important de ne pas opposer ces démarches complémentaires.

Il est important de se forger son propre avis à partir des études contradictoires concernant certaines règles de vie de la santé « officiellement » correcte.

Il est important de réapprendre à aimer la vie, son environnement

Il est important pour retrouver sa « joie de vivre" dit-on en médecine traditionnelle chinoise (MTC), de  comprendre pourquoi et comment la méfiance et la protection ont remplacé la confiance et la prévention

« La joie de vivre » n'est pas un sourire niais porté par des personnes facilement influençables, mais un sourire qui vient du cœur, pour supporter les épreuves de la vie sans s'effondrer et parfois même, en tirer les leçons de vie pour grandir.

Chacun la porte en lui, plus ou moins enfouie, si profondément pour quelques uns, qu’ils la croient inexistante : c’est mon travail de thérapeute de la retrouver car c’est avec elle que s’engage le véritable travail de guérison.

 

La naturopathie n’est pas une affaire de puristes, elle est accessible à tous car chaque rectification, même minime. Chaque prise de conscience est un pas bénéfique pour la personne qui l’accomplit.

Chaque praticien, comme n’importe quel professionnel, aura développé sa pratique en fonction de sa personnalité, de ses aptitudes, de ses formations initiales et continues (obligatoires).

LA NATUROPATHIE EST RICHE DE SA DIVERSITE

Ne pas jeter sur la voie publique. IPNS.

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


 EN  MAI 2015, EST PARU le livre...                                    

"PREVENIR EN MEDECINE CHINOISE, l'aigle et le moineau" 

  Dr Adnan BOULOS Ed. COSMOGONE

Cet homme est pour moi la référence de mon cheminement de thérapeute;

son savoir immense, son humilité : Un exemple à suivre.

A chacun de trouver sa voie pour donner un sens à sa vie...

les "anciens" semblent depuis la nuit des temps, vouloir témoigner pour nous permettre d'avancer plus vite, ou plus loin, et nous, nous continuons de vouloir réinventer le monde : Quelle bonne idée ! A condition de prendre en compte les lois immuables de l'Univers...

"Ce livre comprend 2 tomes :

  • Le tome I présente la doctrine traditionnelle de la structure ternaire de l’homme - à savoir - l’esprit (divin), l’âme (psychique et énergétique) et le corps (physique) - sans laquelle la physiologie, et surtout la pathogénésie, restent et resteront un mystère inaccessible. En effet, pour soigner, il faut d’abord savoir ce qu’est un homme. Il s’agit d’un commentaire sur les religions, les sciences, la médecine moderne, les idées actuelles sur le sens de la vie d’après les biologistes, et d’après la Tradition.

  • Le tome II tome traite de la compréhension de la physiologie et de la physiopathologie humaines à la lumière des textes chinois anciens et modernes, ce qui permet d’envisager une médecine préventive. Cela nécessitera :

La connaissance des différentes constitutions humaines, exposées en détail, car rien ne convient à tous et les mesures préventives doivent être adaptées à chacun selon sa constitution. Cette connaissance amènera le patient à se rendre responsable de sa santé.

L’adaptation de l’activité humaine et de l’alimentation aux impératifs saisonniers , à la constitution, et aussi à d’autres critères tels que l’âge, le sexe, les maladies déjà installées, etc.

En fin d’ouvrage, j’ai établi une liste des aliments classés en fonction des saveurs et des énergies selon les indications des ouvrages chinois.

La conclusion portera sur la nécessité de donner un sens à la vie, et de reconnaître  la nature spirituelle de l’homme, seule condition pour envisager une humanité solidaire et fraternelle, réconciliée dans les domaines scientifiques et les autres, car l’Unité ne peut se faire que par l’Esprit."

Dr A. BOULOS